Wind River, le justicier qui venait du froid

 

“Wind River” est le troisième volet de la trilogie de l'acteur, scénariste et réalisateur Taylor Sheridan consacrée à l'application de la loi dans l’Amérique d’aujourd’hui. Après “Sicario” et “Hell or High Water”, Taylor Sheridan passe cette fois-ci derrière la caméra et fait à nouveau montre de son talent dans la création de polars magistraux donnant beaucoup à réfléchir sur le monde réel.

 

Le film débute sur une longue séquence nocturne où l’on voit une femme courir pieds nus sur la neige, avant de perdre ses forces et de tomber. Nous découvrirons plus tard qu'elle a été victime d’un viol collectif et s'enfuyait pour sauver sa vie.

Le corps de cette fille amérindienne de 18 ans est découvert par Cory Lambert (Jeremy Renner), agent du “service de la faune” dans la Réserve indienne de Wind River dans le Wyoming, qui, avec sa connaissance de la montagne, commence seul une enquête informelle, avant qu’un agent du FBI (Elizabeth Olsen) soit appelée pour aider à l'enquête.

 

Un agent débutant est la seule ressource que le FBI prend la peine d’affecter à ce cas, considéré comme sans importance, puisque personne ne se soucie du sort des Indiens! Mais, étant donné que seul le FBI dispose d'une autorité de police sur le territoire de cette réserve indienne, ils doivent apporter au moins une contribution symbolique à l'enquête.

 

Inspiré de faits réels relatant des cas de disparition de filles amérindiennes, “Wind River” porte une passion féroce dans sa trame. Un polar explorant le chagrin et la vengeance, mais aussi la négligence des Amérindiens dans les régions montagneuses des États-Unis.

 

Au fur et à mesure que la trame se développe, nous découvrons les raisons personnelles qui animent le personnage principal (Renner) ! Corey Lambert se révèle sous un nouveau jour, celui du justicier qui décide d’appliquer la loi du talion, et c’est ce qui le motive plus que tout dans cette chasse particulière à laquelle il se prête, et qui finira par donner un aspect sombre à son personnage !

“Wind River” met davantage l'accent sur la transition émotionnelle après avoir perdu les êtres chers. Le film est un polar assez noir, parfois hargneux, ne se privant pas de montrer une grande violence pour raconter son histoire. Une violence nullement gratuite, puisqu’elle a beaucoup servi au développement des personnages et de l'intrigue, avec un Jeremy Renner au sommet de son art en justicier implacable !

Mourad Belhaj
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Lundi, octobre 9, 2017 - 17:00