Tarnimat célèbre les femmes de la Rachidia

Les femmes de la Rachidia, celles qui ont participé à son histoire. Ces femmes qui ont écrit, ponctué, tracé, l’histoire de ce premier conservatoire de la musique tunisienne créé en 1934, ont été présentées hier au siège de l’association. Un événement qui a eu lieu dans le cadre de la 4e édition du festival ramadanesque « Tarnimat » organisé par la Rachidia.

 

Créée dans une conjoncture particulière pour affirmer, conserver et développer la musique tunisienne, à une époque ou dominaient la colonisation et les influences musicales orientales, la Rachidia a rassemblé intellectuels et passionnés de musique.

 

Mais si la majorité de ses fondateurs et de ceux qui l’ont intégrée plus tard étaient des hommes, les femmes y ont joué un rôle crucial, elles ont été les principales voix qui transmettaient ses créations au public.

 

Dans une ambiance typiquement traditionnelle, le conteur Abdessattar Amamou et la chanteuse Souad Rebaï, accompagnée de 3 musiciens (violon, Qanun et tambourin), ont réuni leurs talents pour nous raconter l’histoire de ces femmes.

 

Le premier a retracé l’épopée des chanteuses qui outre leurs voix exceptionnelles et leur talent inégalé, avaient du caractère et ont su s’imposer non seulement à la Rachidia, mais dans tout le milieu artistique tunisien.

 

La première fut Chafia Rochdi « Nana », déjà au sommet de sa gloire quand elle a rejoint la troupe. Elle a été l’unique femme qui a assisté au congrès constitutif de la Rachidia. Jusqu’à l’avènement de Fathia Khairi, introduite par Mustapha Kaak, Chafia était  la voix de la prestigieuse troupe.

 

Fathia ne fit pas long feu et quitta au bout de 9 mois suite à un petit incident. Arrivée en retard à l’une des répétitions, elle entendit, en entrant, chanter Saliha à sa place ce qui la poussa à démissionner.

 

Saliha, dont le nom s’est à jamais uni à celui de la Rachidia a bâti son succès grâce à cette dernière. Une voix puissante et pure venue de Nebr, qui s’installa sur le trône de l’institution forgeant sa gloire au fur et à mesure.

Les femmes de la Rachidia sont nombreuses et toutes aussi remarquables les unes que les autres.

 

Beaucoup d’anecdotes, d’amourettes, de querelles et de différends. Beaucoup d’effervescence, mais surtout, beaucoup de femmes ont meublé le récit de Amamou.

 

Souad Rebaï, quant à elle, a chanté le patrimoine de la Rachidia reprenant entre autres “Om lahssan ghannet” et “Yalli boôdek” de Saliha. Avec les spectateurs, elle a remonté le temps dans une belle balade musicale.

 

 

 

 

Hajer Boujemâa
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Samedi, juin 10, 2017 - 13:15